Blogue du KéryCube

Le KéryCube et la catéchèse

L’aspect ludique et attractif du KéryCube captive beaucoup les enfants et les jeunes. Dans les groupes catéchétiques, il n’est pas difficile d’utiliser le KéryCube pour renouveler la catéchèse auprès des jeunes. J’ai eu la joie de présenter le KéryCube dans des groupes d’enfants et de jeunes. Le cube kérygmatique ne fait que susciter joie, attraction et curiosité. Nous pouvons donc utiliser le KéryCube de manière adaptée en fonction des âges et des sensibilités. Mais il est important que le catéchiste maîtrise bien l’outil en consultant les instruments pédagogiques (manuel, vidéo sur le site internet, powerpoint, etc) avant de le présenter aux jeunes.

Les propos du pape François peuvent nous encourager vivement à développer une catéchèse kérygmatique :

« On ne doit pas penser que dans la catéchèse le kérygme soit abandonné en faveur d’une formation qui prétendrait être plus “solide”. Il n’y a rien de plus solide, de plus profond, de plus sûr, de plus consistant et de plus sage que cette annonce. 

Toute la formation chrétienne est avant tout l’approfondissement du kérygme qui se fait chair toujours plus et toujours mieux, qui n’omet jamais d’éclairer l’engagement catéchétique, et qui permet de comprendre convenablement la signification de n’importe quel thème que l’on développe dans la catéchèse. 

C’est l’annonce qui correspond à la soif d’infini présente dans chaque coeur humain. La centralité du kérygme demande certaines caractéristiques de l’annonce qui aujourd’hui sont nécessaires en tout lieu : 
- qu’elle exprime l’amour salvifique de Dieu préalable à l’obligation morale et religieuse, 
- qu’elle n’impose pas la vérité et qu’elle fasse appel à la liberté, 
- qu’elle possède certaines notes de joie, d’encouragement, de vitalité, et une harmonieuse synthèse qui ne réduise pas la prédication à quelques doctrines parfois plus philosophiques qu’évangéliques. 

Cela exige de l’évangélisateur des dispositions qui aident à mieux accueillir l’annonce : proximité, ouverture au dialogue, patience, accueil cordial qui ne condamne pas. »

(Evangelii Gaudium § 165)


P. Mario St-Pierre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire